Présentation de mes oeuvres

17 janvier 2019

Dédicace à Saint Seurin sur l'Isle

 

 

                        

Posté par georges fayad à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Affiche Bibliothèque Sainte Terre

 

 

 

                             

Posté par georges fayad à 20:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Article du Résistant: Jacqueline ou les gènes assassins.

 

 

 

                               

Posté par georges fayad à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2018

Dédficace à Saint Seurin sur l'Isle le Samedi 8 Décembre 2018

 

 

                                       L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Posté par georges fayad à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2018

Dédicace de "Jacqueline ou les gènes assassins" à Sainte Terre

 

 

                                            

Posté par georges fayad à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Présentation de mon livre "De l'encre sur le glaive" à Montpon.

  Présentation Mussidan: DE  L'ENCRE  SUR  LE  GLAIVE

 

1- LA TRAME

 

Ce titre semble d'emblée barbare, mais à bien y regarder, on s'aperçoit qu'en lui-même il porte un message de paix : L'encre, la communication, donc le dialogue et la concertation.

Ulysse Lencrier, nom prédestiné, assiste durant son adolescence à la plus grave épidémie de variole en Afrique noire, plus précisément au Cameroun où il vivait. Il fait alors le serment de devenir médecin, et de revenir un jour à l'aide de ce peuple qui avait tant besoin de lui.

Trente ans plus tard, devenu chercheur biologiste en France, il se rend compte que financièrement son serment est mission impossible. Un jour, en observant le vibrion cholérique au microscope, il assimile sa puissance à celle de la virgule à laquelle il ressemble, puis à celle des autres points de ponctuation, et pourquoi pas à celle de l'écriture. Bien voilà la solution!!Ecrire un livre sur les incroyables réalités de cette épidémie lointaine, et compter alors sur ses droits d'auteur. Ceci fait, il se heurte rapidement aux aléas du monde cruel de la littérature, et aux combats perdus d'avance pour émerger et acquérir une reconnaissance, gage de vente de son livre.

A l'autre bout du monde, un peuple tout entier se bat pour cette même reconnaissance à l'intérieur de son propre pays. Il s'agit du peuple Touareg. Pauvre sur un sous-sol plus que riche, blanc inclus dans un pays à majorité noire, musulman et néanmoins pas Arabe, il est conscient de sa singularité, recherche sa reconnaissance, puis plus tard sa simple et juste intégration à l'échelle nationale.

 Par le jeu de l'intrigue, ce peuple frustré est incité par on ne sait pas qui, à faire appel à la plume de l'écrivain Ulysse Lencrier encore plus frustré que lui, également privé de reconnaissance et apte à le comprendre. Moyennant rémunération, Ulysse Lencrier doit relater les conditions de vie précaires de ce peuple, aller dans le Sahel écrire les derniers chapitres, et surtout laisser son livre inachevé. Plutôt inquiétant ! Ainsi sont les exigences du noble chef Imméghar.

 Ce faisant, l'écrivain est naturellement acquis à la cause Touareg, mais également terrorisé par la proposition d'Imméghar, relative au succès et à la vente massive de l'ouvrage. Il faut que l'auteur de ce dernier sache mourir pendant sa rédaction, d'où l'importance du livre inachevé. Il lui est donné l'ordre de disparaître dans des circonstances dramatiques et à la vue de tous, événement qui ne peut qu'alerter les médias, et devenir promotionnel pour l'ouvrage. Moins inquiétant mais troublant, il lui est précisé qu'il doit savoir mourir preuve à l'appui, sans pour autant en perdre la vie. Quelle énigme !! Quelle charade !! Comment s'y prendre ? Si cela pouvait se réaliser, comment sortir dignement de cette supercherie ?

Vous le saurez en lisant ce livre.

 

2—TRANSITION

 

Chers amis, ceci était donc la trame et l'intrigue de ce roman, l'objet premier du lecteur, l'objet de son voyage imaginaire et surtout de sa distraction. On ne lit jamais pour s'emmerder ! Néanmoins, on lit aussi pour apprendre. Un écrivain ne sait pas tout, nous savons tous beaucoup de choses, mais la somme de toutes celles que nous ne savons pas est de loin la plus prépondérante. Ecrire est travail colossal, qui demande isolement appel à l'imagination, et très humblement à la documentation. Le lecteur apprend en lisant, et l'écrivain en écrivant. Ici la prétention n'a pas sa place, seule la découverte nous unit. Ensembles, nous allons insister sur quelques points.

 

 3- ULYSSE LENCRIER EST SENSIBILISE PAR UNE EPIDEMIE DE VARIOLE dans le nord-Cameroun, disions-nous.

 

Juste quelques mots et quelques images brèves.

  • Les camions passaient chargés de cadavres

  • L'isolement était la seule prévention.

  • La vaccination insuffisante et les produits étaient dénaturés par la chaleur. Les hommes mouraient avec leur certificat de vaccination sous l'oreiller.

  • La médecine ancestrale était parallèlement utilisée. Par exemple le GUBUDO (plante) en solution dans l'eau donnait un liquide gluant. Se laver avec était synonyme de rendre son corps glissant, et d'échapper ainsi à l'emprise des mains de la maladie personnifiée, et appelée « le feu de Dieu ». C'est dire l'épouvante et la détresse engendrée par le fléau !!

 Face à ce désespoir, l'inoculation directe d'un sujet malade et vacciné, à un sujet sain se pratiquait !! Ce dernier n'avait plus rien à perdre, raison pour laquelle même ces tentatives suicidaires devenaient un recours ! Ulysse Lencrier ne pouvait qu'être sensibilisé !!!!

 4- Chers amis, un dernier point mérite d'être mis en évidence : LE PAYS ET LE PEUPLE TOUAREG, au milieu duquel se déroule le roman. Le NIGER. AGADEZ. LA PLACE TAMALAKOE et ses monuments en banco, espèce de terre cuite. Les populations disparates, TOUAREGS, PEULS, HAOUSSAS, dans leurs boubous multicolores. TIMIA, la ville au pieds des monts BAGZANES, au cœur du massif de L'AÏR. Paysages lunaires, et néanmoins jardins luxuriants, grâce à l'eau des Koris qui dégringolent des montagnes, et à la force des bras humains alors que l'URANIUM s'exploite à une centaine de kilomètres de plus à l'ouest, précisément à ARLIT .

 Quant au peuple Touareg, blanc de peau intégré dans un pays à majorité noire, musulman et néanmoins pas Arabe (Sa langue étant le TAMACHEQ ) , Ce peuple était conscient de sa singularité, et ne se retrouvait dans aucune autre ethnie. Différent de tous les autres, entretenant une société matriarcale, ( homme voilé et femme à visage découvert), ce peuple oublié de son gouvernement ne pouvait que rêver de son autonomie et rentrer en révolte.

 5- POUR CONCLURE. Noble, guerrier, nomade et cultivateur sédentaire, révolté et ténébreux, tel était le commanditaire du livre que devait écrire Ulysse Lencrier, et pour la promotion de l'ouvrage, il devait savoir mourir preuve à l'appui, sans pour autant en perdre la vie !!!!

 Chers amis je pense que je vous en ai assez dit, et si je ne vous ai toujours pas convaincu, je vais devoir comme Ulysse Lencrier, disparaître preuve à l'appui, mais surtout surtout, sans pour autant en perdre la vie !!

 

 

Merci pour votre attention.

Posté par georges fayad à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2018

Première de couverture de "Jacqueline ou les gènes assassins"

 

 

 

                              

 

 

À COMMANDER À L’ADRESSE SUIVANTE :

 

SCRIBO DIFFUSION

18 rue des 43 Tirailleurs

58500 CLAMECY

masquedor@club-internet.fr

www.scribomasquedor.com

 

(chèque à l’ordre de SCRIBO DIFFUSION)

Posté par georges fayad à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Résumé "Jacqueline ou les gènes assassins"

 

 

                                         Ce livre est en vente aux éditions du Masque d'Or et aussi sur le site Amazon.

 

                                                Amitiés à tous les lecteurs.

Posté par georges fayad à 23:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

DDP "JACQUELINE OU LES GENES ASSASSINS"

 

 

 

                              

Georges FAYAD

JACQUELINE

ou les gènes assassins

ROMAN

éditions du Masque d'OrCollection Adrénaline

 

Jacqueline, jeune métisse, n'avait certainement pas choisi de naître au Congo-Belge, qui ne souhaitait pas une catégorie raciale supplémentaire jugée embarrassante. Déjà discriminée, désignée et tourmentée, la voilà de surcroît déstabilisée par les affres de la guerre qui suivit l'indépendance du pays en 1960.

Pour tomber amoureuse, parmi les lignées de ses géniteurs occupées à s'entre-tuer elle n'avait pas davantage choisi celle, belge, du charmant mercenaire Alexandre Janssens.

Pour autant, allait-elle être délivrée du combat intérieur dû à sa dualité ? Et sinon, jusqu'où iraient sa dérive psychologique et ses initiatives inattendues ?

 

150pagesISBN978-2-36525-071-923,70portcompris

 

Georges FAYAD

 

Georges FAYAD, né le 25 mars 1948 à Beitroumine Liban Nord, a vécu au Cameroun de l’âge de 7 à 18 ans, puis a suivi des études de chirurgie dentaire à Bordeaux.

 

Le Masque d'Or a édité ses livres :

 

  • Sans que sang ne coulât (2010)

  • Dieu ou la rose (2011)

  • Comme deux bouteilles à la mer (2012)

  • De l’encre sur le glaive (2014)

  • Quand tournent les rotors (2016)

Posté par georges fayad à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Résumé "Jacqueline ou les gènes assassins"

BDC_JACQUELINE

Posté par georges fayad à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]