Présentation de mes oeuvres

18 août 2022

Pour se procurer mes livres.

 

                   Chers Amis,

 

Ma maison d'édition quitte Clamecy pour Courbevoie. Pour cela, vous pouvez acquérir mes livres en vous adressant à mon éditeur dont voici l'adresse Mail

                                                             rolletthierry@neuf.fr

 

                                                             Sinon, toujours sur le site Amazone livres.

 

                                                                       Amitiés.

Posté par georges fayad à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 juin 2022

Philippe de Belgique s'excuse.

Philippe de Belgique, roi des Belges, s"excuse auprès de la République démocratique du Congo. De quoi donc? "Jacqueline ou les gènes assassins" répondra à toutes vos questions.

Disponible aux éditions du Masque d'Or, Tel: 03 45 80 90 99

Disponible sur Amazone.

Posté par georges fayad à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2022

Chronique littéraire de "La plus secrète mémoire des hommes" prix Goncourt attribué à Mohamed Mbougar Sarr.

 

 

LA PLUS SECRETE MEMOIRE DES HOMMES

 

De Mohamed Mbougar Sarr

Prix Goncourt

 

 

 

 

 

Ce livre d'une originalité peu commune se distingue par la mise en abyme d'un autre livre des plus mystérieux, «  Le labyrinthe de l'inhumain ».

Attaché au Coran et à sa culture autochtone, Ousseynou Khoumakh est une figure mystique de son village. Craint et respecté, il a le pouvoir de la voyance et de la guérison qu'il met au service de tous.

Son frère Assan Khoumakh, est à l'inverse ouvert à la modernité et au monde occidental, de par les études brillantes qui lui sont dispensées par l'école des missionnaires catholiques de la colonie, en l'occurrence le Sénégal.

Mossane, aimée par les deux frères finit par choisir Assan, et de cette union est conçu l'enfant qu'elle porte dans son ventre, le futur auteur du « Labirinthe de l'inhumain », Madag Elimane.

1914 annonce la première guerre mondiale. Admirateur de la France et de l'occident, il n'est pas étonnant de voir Assan s'engager dans les troupes des Tirailleurs Sénégalais et rejoindre le front duquel il ne reviendra jamais, abandonnant femme et future progéniture à la bienveillance de son frère.

Madag Eliman est donc élevé au Sénégal par son oncle, Ousseynou Koumakh, qui lui dispense la culture locale traditionnelle, tout en ne lui interdisant pas l'école des missionnaires, celle-là même qui avait « perdu » son propre père, le prédisposant à l'amour de la France, et donc à sa guerre.

Qui est donc Eliman ? Eliman est le produit mixte de sa culture autochtone et de la culture occidentale. Brillant, il est remarqué par les prêtres enseignants qui, moyennant une bourse, l'envoient poursuivre ses études à Paris. Avant leur terme ils les arrête, voulant devenir écrivain. A cette époque là, il était presque impensable qu'un Noir puisse écrire. Plusieurs années plus tard, évoquant cette période coloniale et les Noirs qui tentaient de le faire, un écrivain congolais, Musimbwa, dira ceci : « ..mais elle sème aussi en eux- et c'est sa réussite la plus diabolique- le désir de devenir ce qui les détruit. ».

Donc Eliman va devenir ce qui le détruira. Il écrit « Le labyrinthe de l'inhumain ». Ce livre évoque un roi sanguinaire prêt à tout pour acquérir gloire et pouvoirs. Une prophétie les lui accorde à condition qu'il brûle tous les Anciens de son village et qu'il répande leur cendre aux alentours. C'est ce qu'il fit. Une forêt luxuriante y poussa alors, lui offrant tous les fruits de sa générosité. Sauf que, s'y promenant satisfait, le roi est alors interpellé par chaque arbre de cette forêt funeste, interrogeant sa conscience......

Plus symbolique et plus mystérieux que ce livre, difficile à concevoir. Pour Thérèse Jacob, éditrice du livre avec son mari Charles Ellenstein, une règle s'impose : «  En littérature, être compris est rare, et pour être un vrai écrivain il faut tout faire pour ne l'être jamais totalement : C'est le réservoir de liberté de l'écrivain. ».

DIEGANE, sujet important du livre, est un écrivain contemporain de la diaspora sénégalaise à Paris. Dès son âge, il avait entendu parler du « Labyrinthe de l'inhumain ». Depuis ce jour il cherche à l'acquérir alors qu'il n'y eut qu'une seule édition en 1938 et que, face aux critiques de l'époque, la maison d'édition Gemini dut déposer le bilan et fermer ses portes. Une certaine écrivaine de cette diaspora sénégalaise, Siga D, finira par lui donner le Graal. En le lui remettant elle lui dit, « Je t'envie mais je te plains aussi. Je t'envie signifie : Tu vas descendre un escalier dont les marches s'enfoncent dans les régions les plus profondes de ton humanité. Je te plains signifie : A proximité du secret l'escalier se perdra dans l'ombre et tu seras seul, privé du désir de remonter car il t'aura été montré la vanité de la surface, et incapable de descendre car la nuit aura enseveli les marches vers la révélation. »

Et en effet, à la lecture de ce livre, Diegane, comme tous ceux qui l'avaient lu, est bouleversé, chamboulé, charmé, envoûté. C'est un livre dont on tombe malade.....Obsédant, promettant une suite qui n'y ait pas, une suite qui harcèle l'esprit...A partir de ce moment là, Diegane n'a plus qu'une idée en tête, aller à la recherche de son auteur c'est à dire Elimane, cet homme qui comme son père avait disparu depuis longtemps, l'un pendant la guerre et l'autre après les dégâts irréparables causés par certaines critiques littéraires dont voici quelques spécimens .

Auguste-Raymond Lamiel- « Sous l'horreur apparente que l'ouvrage décrit, se trouve en réalité une profonde humanité. ». Il le qualifie de Rimbaud nègre.

Edouard Vigiert d'Azenac- « ..toutes ces pages sans grâce montrent que la civilisation n'a pas encore pénétré les veines de ces négrillons. ».

Albert Maximin- «  Pillages littéraires. Phrases d'auteurs européens, américains, orientaux, du passé ou du présent. Fragments de livres mis bout à bout, mêlés à sa propre prose, tout en gardant le texte compréhensible. ».

 

Du Rimbaud nègre au plagiaire, il y avait de quoi ulcérer tout écrivain, fusse-t-il noir, blanc, ou jaune!! Eliman a donc fuit le milieu littéraire parisien pour parcourir le Nord-Est de la France, une partie de l'Europe, puis l'Amérique latine dans son ensemble. Cherchait-il les traces de son père disparu pendant la guerre ? Etait-il à la recherche de quelqu'un d'autre ? Par plusieurs témoignages, la triste réalité sociale et politique des pays parcourus nous est relatée, y compris celle de l'Afrique et de ses guerres fratricides.

Partant de ce déplorable constat,Diegane, toujours à la recherche de son auteur idole, conclut que la littérature, tout comme le poète, doit rester au-dessus de la mêlée. Elle doit se suffire à elle même, disséquant le plus profond du ressentiment humain, et surtout ne jamais se cantonner à simplement relater les faits....

La symbolique du « Labyrinthe de l'inhumain » nous est suggérée à la fin du livre, laissant à chacun la liberté d'y voir la sienne....

Voici donc la mienne, et que l'auteur du livre me pardonne si à ces yeux, elle venait à paraître hérétique. Le roi n'est autre que l'empire colonial qui, par la guerre, « brûle » ses hommes, afin de construire sur leur « cendre » sa victoire et sa gloire. Un écrivain comme Eliman ne pouvait pas être plagiaire si son plagiat n'était pas une autre énigme, voulue et construite par lui même : Tout comme l'armée de l'empire colonial était hétéroclite, (Tirailleurs), « Le labyrinthe de l'inhumain » devait être construit par des textes également hétéroclites, donc empruntés.

 

Mohamed Mbougar Sarr est un très grand écrivain. Dans son livre tout y est mais rien n'est dit. Toute mon admiration pour son style, la facilité avec laquelle il parcourt le temps et l'espace, pour la richesse de son vocabulaire, et par-dessus tout, pour son analyse chirurgicale des ressentiments humains.

 

 

 

 

 

Georges Fayad.

 

 

 

Posté par georges fayad à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2022

L'arme nucléaire.

 

 

                                       L'arme nucléaire est considérée être une arme de dissuasion mais il me semble qu'elle peut devenir un laissez-passer pour toutes les guerres traditionnelles, tout de même meurtrières et dévastatrices. Je n'ai pas plus de solution que vous à ce revers, mais il me semble que la communauté internationale devrait sérieusement y réfléchir....Le conflit qu'elle génère entre elle-même et la conscience, finit par affranchir cette derniere des pires atrocités....

Posté par georges fayad à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2021

PRIX SCRIBOROM POUR "MELANINE" .

 

 

                                                                    

ÉDITORIAL
Rapport du jury du Prix SCRIBOROM 2021
LE PRIX SCRIBOROM 2021 donna quelques soucis au jury que j'ai eu l'honneur de présider pour la première fois, vu l'exceptionnelle qualité des ouvrages publiés cette année au Masque d'Or.
Par ailleurs, il semble évident qu'un ensemble de trois romans seulement – notre éditeur étant devenu, pour le plus grand bonheur des lecteurs, hyper-sélectif ! – a pu poser des problèmes de classement, malgré un esprit d'objectivité qui nous a toujours animés.
Le Prix SCRIBOROM 2021 donna quelques soucis au jury, vu l'exceptionnelle
qualités des ouvrages publiés cette année au Masque d'Or.
Nous devions ainsi choisir entre le Tueur des Cropettes, onzième enquête d'Arthur Nicot, le détective de Pierre Bassoli ; Mélanine, un exceptionnel polar africain de Georges Fayad ; enfin les Commandeurs du Chaos, un polar SF d'Alan Day. Mes Chats des Baskerville, parus en septembre, ne pouvaient concourir puisque j'avais déjà été lauréat en 2019. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai été heureux, à la demande de Thierry Rollet, de présider le jury cette année, avec l'assistance d'Audrey Williams et de Claude Jourdan.
C'est donc le genre polar, dans des versions très différentes, qui était à l'honneur cette année.
Après comparaison des notes attribuées aux trois ouvrages par les jurés, l'écart fut si minime – moins de 5 points – qu'il nous parut raisonnable d'effectuer un second vote, après ajout d'une catégorie portant précisément sur la manière d'aborder le polar en faisant ainsi évoluer le genre. Finalement, c'est Mélanine de Georges Fayad qui remporta la palme, mais avec seulement un point d'écart avec les Commandeurs du Chaos d'Alan Day et trois points d'écart avec le Tueur des Cropettes de Pierre Bassoli.
Terrible suspense ! Je dois avouer que, si le polar classique, nouvelle enquête du détective de Pierre Bassoli, nous a séduit par sa qualité, c'est l'aspect novateur du genre, présenté par les deux autres auteurs, qui a particulièrement influencé le jury. Bien entendu, nous adressons nos félicitations à Pierre pour les enquêtes au suspense toujours renouvelé d'Arthur Nicot, en même temps que nous congratulons tout aussi volontiers Georges en tant que lauréat et Alan en tant que dauphin, si l'on peut dire ! Ou bien nous considérons Pierre et Alan comme les dauphins de Georges, à défaut de pouvoir faire monter trois auteurs à la même place du podium.
Certains bruits dans les couloirs du Masque d'Or laissent d'ailleurs entendre qu'une douzième enquête d'Arthur Nicot paraîtra en 2022. Notre ami Pierre ne se décourage jamais et reste l'un des auteurs les plus prolifiques – sinon le plus prolifique – de la maison. Nous souhaitons également bonne inspiration à Alan Day, qui nous ravit par l'exceptionnelle richesse de son imagination, ainsi qu'au lauréat Georges Fayad, duquel nous espérons d'autres riches découvertes issues de son patrimoine.
Roald TAYLOR

Posté par georges fayad à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 septembre 2021

"La Libanisation" selon Monsieur Zemmour.

"La Libanisation" selon Monsieur Zemmour
Ce terme est sorti de la bouche de monsieur Zemmour avec mépris et condescendance, impropre à un analyste politique digne de ce nom.
Une lacune de taille s'est révélée dans sa culture, laquelle n'a cessé de vouloir s'étaler tout au long de son discours. Comment a-t-il pu oublier que le Proche Orient fut le lieu de naissance et le creuset naturel des trois religions du Livre, le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam. Héritier de ces deux dernières dès leurs origines, le Liban prit conscience que leurs adeptes n'étaient rien d'autre que les organes d'un même corps, inséparables et voués à vivre ensembles, impératif pratiquement biologique. Il en démontra la possibilité et fut longtemps qualifié de "Suisse de l'Orient".
Certes il connut une longue guerre civile, bien plus imputable aux remous politiques de la région qu'à la diversité innée de sa composition. Dans ce contexte, monsieur Zemmour devrait faire preuve de plus de discernement et reconsidérer le terme de "Libanisation", voulu discréditant.

Posté par georges fayad à 01:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2021

 

 

                                                                                     

L'ACTION HUMANITAIRE DE L'ONU
"La protection des droits de l'homme est un élément central de l'aide humanitaire fournie par l'ONU. L'organisation préconise l'aide aux populations touchées par des catastrophes naturelles ou des conflits afin d'oeuvrer à la protection des droits fondamentaux."
Le droit le plus fondamental à mes yeux est celui de survivre. Si important fut-il, il me semble que l'ONU ne fait que le préconiser. Que fait-elle pour le Liban qui s'effondre dans la détresse!! La communauté internationale assiste inopérante à l'arrêt de son système hospitalier faute de carburant, à la fin de son approvisionnement en médicaments, et cela en pleine pandémie!!!
Nous, professionnels de la santé d'origine libanaise, qui partout où nous trouvons oeuvrons de tout coeur dans les combats sanitaires, sommes affligés par l'indifférence de l'ONU vis à vis du Liban. Il est dans une situation d'urgence telle, que nulle condition n'est opposable à son soutien.
Merci à tous les pays qui, comme la France, sont soucieux de son rétablissement.

Posté par georges fayad à 00:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2021

vidéo "Mélanine"

Posté par georges fayad à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2021

"Mélanine"

Posté par georges fayad à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sortie de mon livre "Mélanine" au mois de Mai.

   

 

                                                                            J'ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon livre "Mélanine" courant Mai. Voici la première et la dernière de couverture. Vous pouvez le commander dès maintenant à la maison d'édition. Merci pour votre attention.

 

                        

Georges FAYAD

MÉLANINE

ROMAN

éditions du Masque d'Or – Collection Adrénaline

 

Du pouvoir surnaturel attribué à l'Albinos, découlent envers ce dernier agressions et amputations. Par « alchimie », certains marabouts en font l'élixir de tous les souhaits, et les réseaux de marchands d'organes, par l'obscurantisme prospèrent. Des combattants radicaux s'y opposent mais hélas...... Qui aurait amputé le jeune Moriba ? Qui aurait négocié sa main ? De ses plus proches à ces réseaux organisés, nul n'est au-dessus de tout soupçon... Rude sera la tâche du commissaire Cissoko, confronté à tous ces univers, y compris au monde politique.

 

152 pages – ISBN 978-2-36525-082-5 – 23,70 € port compris

 

Georges FAYAD

 

Georges FAYAD, né le 25 mars 1948 à Beitroumine Liban Nord, a vécu au Cameroun de l’âge de 7 à 18 ans, puis a suivi des études de chirurgie dentaire à Bordeaux.

 

Le Masque d'Or a édité ses livres :

 

  • Sans que sang ne coulât (2010)

  • Dieu ou la rose (2011)

  • Comme deux bouteilles à la mer (2012)

  • De l’encre sur le glaive (2014)

  • Quand tournent les rotors (2016)

  • Jacqueline ou les gènes assassins (2018)

 

 

À COMMANDER À L’ADRESSE SUIVANTE :

 

SCRIBO DIFFUSION

18 rue des 43 Tirailleurs

58500 CLAMECY

masquedor@club-internet.fr

www.scribomasquedor.com

 

(chèque à l’ordre de SCRIBO DIFFUSION)

 

Posté par georges fayad à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]